Ouvert aux étudiants de DFASM1 et DFASM2 de Paris Diderot, Paris Descartes et Paris 13 Responsable : Céline Lefève, maître de conférences en philosophie de la médecine, celine.lefeve@gmail.com (Centre Georges Canguilhem/UMR CNRS SPHERE, Département Histoire et Philosophie des Sciences et Institut des Humanités et Sciences - Paris Diderot) Second semestre, mardi 16h30 - 19h, Faculté de médecine Paris Diderot, site Villemin, 10 avenue de Verdun Paris 10e, 1er étage – Métro Gare de l’Est

Mardi 6 février 2018 : Introduction - Souffrir de ne pas savoir : malades et médecins à la recherche du diagnostic

Journal intime, N. Moretti, Italie, 1993 - Projection et cours - Intervenante : Céline Lefève, MC philosophie de la médecine (Centre Georges Canguilhem/UMR CNRS SPHERE, Département Histoire et Philosophie des Sciences et Institut des Humanités - Paris Diderot)

Mardi 13 février 2018 : Du monstre à la personne handicapée : comment médecine et société perçoivent-elles l’anomalie ?

Elephant Man, D. Lynch, USA, 1980 - Projection et discussion - Intervenante : Céline Lefève


Mardi 20 février 2018 : Un dispositif qui nous dépasse : l'expérience du patient face aux institutions médicales 

L’Oeuf du serpent, I. Bergman, 1977 - Projection et discussion - Intervenant : Quentin Lade, ATER histoire et philosophie de la biologie, Département HPS, P7

Mardi 6 mars 2018 : Du monstre à la personne handicapée : comment médecine et société perçoivent-elles l’anomalie ?

Exposés et cours - Intervenante : Céline Lefève

Mardi 20 mars 2018 : Cancer et environnement 

Tumeurs et silence, J. Windenberger, France, 2013 - Projection et discussion - Intervenant : Aurélien Féron, ATER histoire et sociologie de la médecine, EHESS/Département HPS, P7

Mardi 27 mars 2018 : La folie de la colonisation

Les Maîtres fous, J. Rouch, France, 1956 - Projection et cours - Intervenant : Guillaume Lachenal, MC histoire et anthropologie de la médecine, Département HPS, P7

Mardi 3 avril 2018 : Cancer et environnement

Exposés et cours - Intervenant : Aurélien Féron, ATER histoire et sociologie de la médecine, EHESS/Département HPS, P7

Mardi 10 avril 2018 : Alzheimer/démence précoce et quotidien

Still Alice, R. Glatzer, USA, 2014 - Projection et discussion - Intervenante : Mathilde Lancelot, ATER éthique Département HPS P7

Mardi 15 mai 2018 : Traiter la folie dans les années 1960 aux Etats-Unis : soin ou abus de pouvoir ? 

Titicut Follies, Frederik Wiseman, USA, 1967 - Projection et discussion - Intervenante : Céline Lefève

Mardi 22 mai 2018 : Traiter la folie dans les années 1960 aux Etats-Unis : soin ou abus de pouvoir ?

Exposés et cours - Intervenante : Céline Lefève

Mardi 29 mai 2018 : De quel(s) soin(s) la société a-t-elle besoin aujourd’hui ?

La Fille inconnue, J.-P Dardenne, L. Dardenne, Belgique, 2016 Ou La Mort de Dante Lazarescu, C. Puiu, Roumanie, 2006 (à choisir avec les étudiants)

Intervenante : Céline Lefève

 

Objectifs : 

Ce certificat optionnel est un enseignement d’histoire, de philosophie et d’éthique de la médecine qui utilise le support cinématographique.

Il porte sur les rapports de la médecine et de la société. Il vise, en particulier, à montrer que les savoirs et pouvoirs médicaux ne peuvent être abstraits des rapports de pouvoir dans la société. Il illustre comment se sont constitués, au cours de l’histoire, certains savoirs sur le corps et l’esprit humains, et quels usages passés et actuels la médecine en fait. On y insiste sur le fait que ces usages sont liés au contexte historique et social, aux valeurs, normes et pouvoirs propres à ce contexte : pouvoirs politiques, sociaux, économiques, institutionnels, etc. On y souligne aussi que les savoirs et pouvoirs de la médecine ne sont ni nécessairement, ni seulement liés à la maladie ou à une finalité thérapeutique, mais aussi à la conservation et à la promotion de la santé, de la salubrité, de l’hygiène, de la sécurité, du bien-être, de l’ordre social, etc. De sorte que la médecine et la société, à chaque époque, réinvestissent et renouvellent les finalités de la médecine et les définitions du normal et du pathologique.

L’approche historique et épistémologique éclaire in fine les représentations sociales de la maladie et du soin, ainsi que les questions éthiques posées par les pratiques médicales actuelles : savoirs et pouvoirs dans les relations de soin ; pratiques et politiques liées à la procréation, la santé mentale, le handicap, la fin de vie et la dépendance ; déterminants sociaux et environnementaux des maladies, etc.

Méthode :

Le cinéma constitue ici une introduction à l’histoire des pratiques et relations de soin et à l’éthique de la médecine. Il donne en effet à voir les choix politiques, sociaux et moraux en matière de santé, ainsi que les expériences intimes et sociales des médecins, des patients et de leur entourage. La méthode de l’enseignement repose sur un triptyque : la vision de la maladie, de l’existence et de la société offertes par certaines œuvres du cinéma documentaire et de fiction ; les émotions et le questionnement qu’éveille les films ; la clarification des situations et problèmes à l’aide de la philosophie et des sciences sociales.

L’enseignement s’appuie sur la prise de parole des étudiants, leur travail personnel d’analyse des films et des articles, l’apport spécifique des notions et recherches en sciences humaines et sociales, et l’échange avec les enseignants de SHS et praticiens.

Pour certains thèmes et films, deux séances sont prévues. Lors de la 1ère séance, le film est projeté. Un document d’analyse qui présente le film et les principales questions scientifiques, médicales, sociales et/ou éthiques qu’il pose est distribué aux étudiants. Des articles et textes médicaux, historiques, anthropologiques, philosophiques ou littéraires éclairant ces questions sont fournis. Sont constitués les groupes d’étudiants qui présenteront, lors de la 2ème séance, leurs exposés oraux. Ceux-ci consistent à analyser le film, y compris d’un point de vue esthétique, à définir, clarifier et argumenter les problèmes qu’il soulève et à les relier tant à la médecine actuelle qu’à l’expérience clinique des étudiants. Enfin, l’enseignant approfondit et synthétise les questions et les textes étudiés. D’autres thèmes et films sont traités à l’issue de la projection, sous forme interactive, lors d’une seule séance. Tous les documents et cours sont mis en ligne.

Evaluation :

Les étudiants sont évalués par un exposé oral ou écrit (30% de la note) et un examen écrit final : une épreuve rédactionnelle portant sur un ou plusieurs films (70% de la note) d’une durée de 1 h 30. PRESENCE OBLIGATOIRE.

 

 

 

S'abonner à notre newsletter