Post-doc La Personne En Médecine — Centre Georges Canguilhem — Université Paris-Diderot

 

Alexis Zimmer est philosophe et biologiste de formation initiale. Ces recherches suivent deux axes principaux. Il a d’une part effectué une thèse de doctorat sur une catastrophe de pollution atmosphérique — « le brouillard mortel de la vallée de la Meuse » de 1930 — catastrophe qui a abouti à la première démonstration scientifique de la mortalité de ce type de pollution. Dans ce champ, ces recherches se situent à l’intersection des Sciences and Technology Studies, de l’histoire environnementale et de celle de la santé. Plus généralement ses intérêts se portent sur les transformations réciproques des corps et des environnements et le caractère partiel de leurs traductions scientifico-médicales. Il poursuit, d’autre part, une recherche sur la place et le rôle des sciences humaines et sociales et des humanités médicales au sein des études de santés et de la recherche clinique et biomédicale.

 

Axes de recherche :

Humanités médicales — Enseignement des SHS en étude de santé

Science and Technology Studies — Histoire des sciences, des technologies, de la santé et de l’environnement — Catastrophes sanitaires et environnementales

 

Bibliographie sélective à destination des étudiants :

Santé/environnement

Livre : Brouillards toxiques, Bruxelles, Zones Sensibles, 2016

Article : « “le brouillard mortel de la vallée de la Meuse”. Nature disputée et naturalisation de la catastrophe », dans Michel Letté, Thomas Le Roux (dir.), Débordements industriels. Environnement, territoire et conflit XVIIIe – XXIe siècles, Rennes, PUR, 2013, pp. 115-131

Médecine des preuves

Article : (avec Jean-Paul Gaudillière), « Essais cliniques et médecine des “preuves” », dans Collège des enseignants de sciences humaines et sociales en médecine et santé, Médecine, santé et sciences humaines. Manuel, Paris, Les Belles Lettres, 2011, pp. 577-582

 

 

S'abonner à notre newsletter