Ashgar Fahradi, Une séparation, Iran, 2011

 

Une séparation raconte une rupture conjugale en Iran aujourd’hui. D’une séparation, à la fois banale et unique, découle, comme dans un jeu de dominos, le risque de multiples séparations, elles aussi banales et pourtant violentes et destructrices : celle de parents et de leur jeune adolescente, celle d’un homme et de son père âgé, celle d’une auxiliaire de vie et de son époux chômeur, etc. Le film de Fahradi montre, à partir de leur déchirure et plus précisément de leur violation, la nécessité et la solidarité des relations de soin. Une seule et quelconque séparation, un seul fil tiré ou cassé suffit à déchirer le tissu du soin qui nous relie et qui soutient nos vies. Soin amoureux, soin parental, soin médical, soin de la justice, etc. , toutes ces relations s’imbriquent pour faire société. L’intrication des relations de soin fait aussi apparaître la concurrence dans laquelle elles sont prises, notamment du fait des conditions matérielles de vie. Quelles relations de soin faut-il privilégier ? C’est à cette question et aux dilemmes moraux qu’elle implique que renvoie la trajectoire de l’aide à domicile Razieh, ouvrant à la question fondamentale : qui prend soin de ceux qui prennent soin ? L’aide à domicile peut-elle/doit-elle privilégier le soin de sa santé ou le soin de son époux chômeur et dépressif au risque de ne pas travailler et de ne pas subvenir aux besoins de sa famille, ou doit-elle veiller au soin du vieil homme pour lequel elle est embauchée au risque de délaisser sa santé et son foyer ? L’intrication des relations de soin montre enfin que l’on ne peut penser les relations de soin comme des relations seulement interindividuelles, elles impliquent la recherche de la justice sociale. D’où l’importance dans le film de la figure du juge qui tente de mettre fin aux conflits et de rétablir des relations sociales pacifiées. La justice (dans un sens également judiciaire) apparaît alors comme une tentative de soigner la société elle-même.

Retrouvez ici le découpage des scènes, point de départ de la discussion sur le film :

S'abonner à notre newsletter